Contexte de discussion

Publié le par Maël

"Il y a longtemps qu'on sait que le rôle de la philosophie n'est pas de découvrir ce qui est caché, mais de rendre lisible ce qui précisément est visible, c'est-à-dire de faire apparaître ce qui est si proche, ce qui est si immédiat, ce qui est si intimement lié à nous-mêmes que nous ne le percevons pas " <Michel Foucault>

Par cet incipit, le lecteur comprendra aisément que ce qu'il trouvera dans ce support a un lien étroit avec la philosophie, et plus particulièrement en l'associant avec le titre de celui-ci, à l'expression d'une dialectique personnelle et bilatérale je l'espère grâce à vous.

"Toute connaissance est une réponse à une question." <Gaston Bachelard>

Ainsi donc, ce que je souhaite apporter par la multitude de petits articles qui suivront dans ce blog, ce sont des questions, auquel je tenterais de donner une réponse, ma réponse.
Mais une réponse parmi tant d'autre qui n'aura pas la prétention d'être la seule. Les commentaires seront là pour vous inviter à exprimer la votre.
Ces interrogations seront une invite à la connaissance, un témoignagne de ma curiosité pour une particularité, un détail qui aura une importance notable pour ma personne, et peut être également pour vous.
Parfois ce sera un partage de mon émerveillement pour une chose insignifante, qui pourra être communicatif.

In fine donc, il s'agit de peindre chaque jour une nouvelle fenêtre, d'une couleur différente et d'une forme différente, avec son paysage extérieur que chacun dessinera à sa façon en interprétant les quelques lignes accouchées par mon esprit.
Ces fenêtres seront un rapport étroit avec la connaissance que ces articles essayeront de retranscrire (le nom des catégories est éloquent à ce sujet).

Rappelons ou informons à tous ce que notre encyclopédie informatisée (Wikipedia
) nous dit à propos du titre de ce blog :

  1. ce que l'on sait que l'on sait — ou affirmé comme tel. Socrate ici procédait avec son ironie lorsqu'il souhaitait faire passer le message à ses interlocuteurs que ce qu'ils prétendaient savoir ne reposait que sur des préjugés et autres idées sans fondements ; Il peut s'agir ici des faux savoirs...
  2. ce que l'on sait que l'on ne sait pas — application de l'ironie
  3. ce que l'on ne sait pas que l'on sait : et là s'appliquait l'art maïeuticien du philosophe ;
  4. ce que l'on ne sait pas que l'on ne sait pas — tout le champ de l'inimaginable par chacun et justifiant l'intervention du philosophe, illustré par l'accompagement exposé dans l'allégorie de la Caverne du Livre VII de la République de Platon : maïeutique.
Ainsi, je vous parlerais du savoir. Par l'intermédiaire d'une problématologie en relation le plus souvent avec les arts (architecture, sculpture, peinture, littérature, musique, danse, cinéma, opéra, photographie), la société ou la culture générale.
Car j'estime que les arts, et le questionnement nous aide à mieux appréhender, à mieux esquisser, cerner, ou comprendre ce que nous vivons.
Ces questionnements par la maïeutique ou l'ironie se feront à travers les personnes que je rencontre pour leur faire surgir leurs idées.
Au delà du concept Socratique de ces mots, j'irais bien au delà, puisque Socrate affirme qu'il n'est capable de s'accoucher lui-même. Je tenterais donc innocemment et sans présomption l'expérience en me posant ici-même des questions pour susciter mon intellect à y répondre.

On pourra dire que dans l'ensemble le blog s'écarte un peu de son titre, qui par toujours est trop réducteur et trop imprécis, mais cette introduction vous aura posé les premières pierres et tracé le contour des réflexions qui suivront dans cet sphère de discussion.

En quelques mots concernant le pourquoi de ce blog, pour ceux qui se posent la question. La réponse est simple :
- Développer ma capacité d'écriture
- Cadrer mes réflexions personnelles
- Susciter la curiosité d'autrui sélectivement sur des choses dignes d'une telle attention.

Bonne lecture


Publié dans Philosophie

Commenter cet article